Nous connaître

Présentation, et organigramme de la FFMC suivis de vos articles.

Tous ceux de l’année 2019 sont regroupés dans la pièce jointe du bas de la page.

FFMC 17

L’objectif de la Fédération Française des motards en Colère est de fédérer les usagers des deux roues et trois roues motorisés (du cyclo au gros cube), autour des valeurs qui ont motivé sa création et continuent de l’animer.

Elle agit pour développer la pratique des deux-roues motorisés ou engins assimilés. Elle défend, sans corporatisme, leurs utilisateurs en tant qu’usagers de la route et en tant que consommateurs. Elle agit pour sa sécurité et le partage de la route sur la base du développement de l’information, de la prévention et de la formation, pour faire prévaloir la connaissance et la prise de conscience plutôt que les mesures répressives.

Elle agit également pour promouvoir les valeurs de solidarité, d’égalité et de liberté, visant à permettre au plus grand nombre la pratique du deux ou trois roues motorisés (du cyclo au gros cube) dans un esprit de responsabilité et d’entraide.

Elle préserve son indépendance vis à vis de tout pouvoir, et rassemble les motards sans discrimination. Elle se prononce contre le racisme et tout ce qui tendrait à instaurer des discriminations, que ce soit l’origine ethnique, le niveau social, les choix politiques ou religieux, l’âge, le sexe ou les préférences sexuelles. Elle fonde son action sur la responsabilisation et la tolérance. Partie prenante du mouvement social, elle favorise l’intervention des motards en tant que citoyens.

Dans le continuité de ses valeurs, la FFMC se reconnaît dans le principes de l’Économie sociale, qui placent en son centre les individus et le fonctionnement démocratique, et où le profit n’est pas une finalité. Elle en soutient les fondements par ses actions et ses prises de position, par l’intermédiaire soit des instances de la Fédération, soit des structures qu’elle reconnaît comme appartenant au mouvement F.F.M.C.

Ses moyens d’action sont nombreux notamment : l’organisation de journées de prévention, affichage, tenue de réunion périodique, organisation de manifestations, de journées pédagogiques dans les collèges, balades…

Des mots pour des maux.

Que cherchent-ils tous, à nous priver de nos libertés, comme par exemple le stationnement payant, ou le relevé de plaques accompagné de verbalisations par les caméras de surveillance des centre-ville; on a bien conscience que la vie en communauté doit comporter certaines règles, règles ne veut pas forcement dire violation de nos vies privées au point de n’être plus qu’un porte-feuille sur pattes qui doive payer sur toutes les injonctions à des lois plus que contestables

Notre liberté de citoyens motards complètement bafouée, on veut nous manipuler comme du bétail, nous faire accepter l’inacceptable: l’injustice sous couvert de sécurité.

Il faut croire que la crise des gilets jaune n’a pas suffit, ils veulent qu’on remette ça, c’est insensé, mais dans quel monde vivons nous?

Au moment de l’instauration des 80km/h, un tollé général avait accueillit cette mesure stupide, non pas que nous soyons des inconscients irresponsables, mais par le souci de dénoncer des mesures infondées, nous continuons de clamer que la vitesse est le bouc émissaire qui permet de justifier le racket des radars au détriment de la vraie sécurité routière, celle qui sauve réellement des vies.

Et voilà que maintenant on voudrait nous faire croire par un sondage sorti d’on ne sait ou que 44% d’entre nous serait favorable aux 80 par une sorte de résilience, alors que nous n’étions que 30% au début de l’application de la mesure…!

C’est mal nous connaître que de vouloir nous faire gober ce genre d’info, inconscients peut-être, puisque vous le dites, mais idiots, NON.

Tant que nos dirigeants tenterons de nous faire accepter l’inacceptable, notre esprit latin sera en rébellion, que ce soit pour les 80 ou pour le reste, pondre des lois c’est bien, faire respecter celles qui ne rapporte pas d’argent ou qui sont tellement incohérentes que personne ne les respectent devient un problème de société. 

Quant à la suppression progressive de notre entité citoyenne, en se permettant l’accès à nos données personnelles sans notre assentiment, on peut assimiler cela à une intolérable forme de viol de notre intimité.

Le combat de la FFMC est encore loin d’être gagné, même si on en a gagné beaucoup, et vous pouvez être assurés de notre motivation, intacte, comme au premier jour, notre solidarité est notre force, et personne ne pourra nous l’enlever.


Phares, mode de communication eux aussi?

Tout comme le klaxon, les appels de phares peuvent aussi être un moyen de communiquer avec les autres usagers de la route.

-À une intersection pour être vu

-À un autre usager venant en face un peu long dans son dépassement

-Aux autres usagers pour signaler un animal errant ou un danger quelconque

-Signaler un contrôle routier(même si la pratique se perd, actuellement, on est dans le chacun pour soi)

-Salut à un automobiliste ou motard connu

-Faire signe à un usager de passer si on est bloqué, ou simplement par civisme afin de contribuer à fluidifier la circulation(cela aussi se perd)

Dans d’autre pays si l’on estime mettre du temps à doubler, on averti l’autre de la difficulté momentanée, il ralenti pour donner le temps de se rabattre, et tout se passe bien.

Dans nos contrées, mis à part quelques rares cas,  l’appel de phares est plutôt considéré comme une réprimande, une de plus pour stigmatiser un comportement pas forcément volontaire, ou tout simplement pour extérioriser son agressivité bien connue des automobilistes ou de certains motards, mais pas pour les mêmes raisons, nous y reviendront.

Il existe certainement d’autres fonctions dédiées à cette brève manifestation lumineuse, et il se dit qu’en Angleterre, un appel de phares à une intersection autorise le passage, ce qui peut nous mettre dans l’embarras si on s’attendait au contraire, pourtant avec eux nous devrions être habitués aux contraires systématiques, mais il est vrai que cela nous surprend toujours….!

Nous ne nous engagerons pas dans le débat des phares de jour, qui s’ils aidaient à notre sécurité, actuellement nous noient dans une masse lumineuse sans distinction de gabarits.

À moins que, et ce pourrait-être une nouvelle réflexion sur notre sécurité, les motos soient dotées d’une « signature lumineuse » spécifique en couleur ou en forme.

Si vous avez des idées ou remarques afin d’étoffer la réflexion, écrivez-nous au site.


2 roues lab

Je vous avait déjà parlé de ce labo(ci-dessous) initié par la Mutuelle des motards, et qui s’intéresse à nos habitudes et comportements, voici quelques synthèses de résultats qu’ils ont publiés.

Il est toujours intéressant de pouvoir confirmer les intuitions que nous aurions pu avoir sur notre mode d’utilisation, ou sur nos attitudes, une fois que nous avons enfourché notre deux roues.

Le labo 2 roues Lab

Pour ceux qui ne connaissent pas: enfin des gens qui parlent de nous de manière réaliste, vous pouvez y participer, plus leur panel sera grand, plus précis seront leurs études.

En allant sur leur site, vous pourrez accéder aux études déjà réalisées, très enrichissant de lire ces comptes-rendus sur nos us et coutumes.

Qui nous sommes

2-roues Lab’ est le laboratoire d’études conçu par la Mutuelle des Motards, assureur spécialiste de la protection des conducteurs de 2-roues à moteur. 

Le but de ce panel est de mieux connaître les attentes, les habitudes et les comportements des différentes populations d’usagers de 2-roues motorisés (motards, scootéristes, cyclomotards, hommes, femmes, néophytes, confirmés, urbains, péri-urbains…) en matière d’assurance, de sécurité au quotidien ou de protection lors de leurs déplacements. Il regroupe naturellement les panélistes, régulièrement sollicités via des questionnaires en ligne et les spécialistes qui interprètent et analysent l’ensemble des données collectées.

Sur ces pages, retrouvez les résultats de nos sondages, toute l’actualité du monde du 2-roues, des conseils pour mieux vous protéger et surtout la possibilité de faire partie de notre panel de conducteurs de 2-roues et faire ainsi avancer le monde du 2-roues.

Aujourd’hui, le panel 2-roues Lab’ existe parce que nous sommes des spécialistes et que notre rôle est d’aller encore plus loin, pour vous permettre de profiter encore plus de votre 2-roues… Tout comme le fait la Mutuelle des Motards depuis sa création en 1983. 

La Mutuelle des Motards, spécialiste de l’innovation

Créée par et pour les motards, la Mutuelle des Motards s’est imposée comme le spécialiste de l’assurance 2 et 3-roues, en axant ses produits sur l’amélioration permanente de la protection des conducteurs de motos et de scooters. Toujours à la pointe de l’innovation, grâce à sa connaissance des besoins des usagers, elle a développé des produits d’assurance exclusifs qui, aujourd’hui, font référence : la garantie corporelle en 1998, la garantie du casque en 1999 et, plus récemment, la garantie SAVE (Soutien et Accompagnement des Victimes de la route et de leur Entourage), saluée par le « Prix de l’innovation citoyenne » aux Trophées de l’Assurance en 2010.

Plus d’infos sur le site de la Mutuelle des Motards : mutuelledesmotards.fr

   

Paradoxe Français.

Quand on voit la quantité de reportages en compagnie des Gendarmes, Policiers, ou Douaniers (vous noterez la majuscule devant chaque corps qui en indique le respect), cela veut dire que l’audience est à la hauteur.

Serait-ce à penser que les Français, ont une totale admiration envers nos gardiens de l’ordre et de la paix?

Le paradoxe tient au fait que nos racines Latine, donc l’indiscipline et la gouaille qui vont avec, nous font « interpréter » les lois plutôt que les respecter, donc cette admiration envers nos forces de l’ordre paraît incongrue; cela voudrait dire que l’intention, de l’ordre, nous suffirait?

Bref, il serait bon de rêver alors, nous aurions tous de gènes de justiciers qui aideraient à nous mettre en paix avec notre bonne conscience, mais pas les actes qui vont de pair……

Cette période de confinement montre bien, que même si nous sommes d’accord sur le mot, la méthode, elle, laisse à interprétation; et comme l’autodiscipline n’est pas notre fort, nos autorités font appel à leur alliée qu’est la sanction, juste histoire de combler pour partie l’inaction forcée des radars, et le trou qui va avec.

Il faut dire que la piètre qualité des programmes télé associée au confinement, font vite paraître ces reportages comme des épisodes haletants digne des plus grands thrillers, à comparer aux aventures du gendarme de Saint Tropez.

Pour être un peu plus complet sur notre seule sympathie vis à vis de la citoyenneté dont nous devrions faire preuve, la délation qui courre en ce moment pour dénoncer son voisin qui n’aurait pas le sésame de l’attestation de déplacement, ou sa fausse justification, appuie encore un peu sur ce paradoxe qui nous ferait bondir en temps normal, mais nous rend si « citoyen » quand les circonstances ne l’exigent pas vraiment.

Notre emblème du coq capable de chanter les deux pieds dans la m…e en est un excellent exemple.

Prenez soin de vous, surtout si vous avez plusieurs années de moto derrière vous, il y à encore de belles balades à faire.


TROP FORT

Article relevé dans un magazine de défense des consommateurs.

Quand on voit ce genre d’écrits tout au conditionnel soi-disant effectué par des scientifiques, on serait tenté d’inviter ces gens à nos journées motards d’un jour, histoire qu’ils se rendent compte de la réalité du terrain.

Et dire que « nos » chercheurs passe leur temps à ce genre d’étude aussi creuse qu’un vieux radis, très franchement, on n’à pas envie d’augmenter leurs crédits de recherche, mais il est vrai qu’un chercheur est payé pour chercher, pas pour trouver, sinon il n’a plus de boulot.

Le problème est que ces gens ont une certaine crédibilité auprès de la population, et ne se rendent pas compte qu’ils nuisent à ceux qui estiment avoir trouvé le meilleur, et le plus économique moyen de circuler en ville, mais surtout en stigmatisant une catégorie d’usagers dont la vulnérabilité dans la circulation est déjà un fardeau sans avoir besoin d’en rajouter.

Avant d’engager une étude de ce genre n’aurait-il pas mieux valu avoir un minimum de concertation avec les concernés bien que l’on sache que la suffisance du monde scientifique interdise ces démarches, trop de paramètres sont à prendre en compte pour « sortir » une étude aussi bâclée.

Projet « MOTARD », une étude de l’université Gustave Eiffel

Pour mieux comprendre le motard, améliorer sa sécurité et la formation 2-roues, des chercheurs en psychologie de l’université Gustave Eiffel – anciennement IFSTTAR – recherchent des témoignages de personnes ayant obtenu leur permis AM, A1, A2 ou A depuis moins d’un mois.

Après avoir réalisé de nombreux entretiens avec des professionnels de la sécurité routière, mais aussi des moniteurs et élèves de moto-écoles, le projet « MOTARD » (acronyme de « comment devient-on MOTocycliste ? quels Apprentissages ? quels Risques ? quels Déterminants ? ») se poursuit pour les chercheurs de l’université Gustave Eiffel. De nombreux points ont été déjà abordés dans leur étude, comme la nouvelle réforme du permis moto.

Nous partageons volontiers cette demande de témoignages de la part de l’ancien IFSTTAR (Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux) parce que toute démarche visant à mieux comprendre ce qu’est un motard (plutôt que de le fantasmer) en vue d’améliorer sa sécurité nous semble de bon augure. 

Dans la même veine, la Fondation Mutuelle des motards a également conduit une étude spécifique sur les motards au delà de 40 ans dont vous trouverez le détail ici.

Nous cherchons à appréhender le parcours pour devenir motard, et nous nous intéressons par exemple à : Pourquoi souhaite-t-on devenir motard ? Comment se déroule la formation ? Que signifie être un motard ? Comment cela se passe sur la route ?

Le point d’ancrage de l’étude étant la formation à la moto, nous recherchons des personnes ayant obtenu un permis 2-roues motorisé depuis moins d’un mois. Votre participation sera toute simple : il s’agira de remplir un premier questionnaire en ligne de 15 minutes et, dans 6 mois, un second de seulement 7 minutes.

Ainsi, si vous avez obtenu votre permis il y a moins d’un mois et souhaitez participer à cette étude, nous vous invitons à cliquer sur ce lien :

https://surveys.ifsttar.fr/limesurvey/index.php/617826?lang=fr

Si vous êtes un motard ayant obtenu le permis AM, A1, A2 ou A depuis moins d’un mois, n’hésitez donc pas à participer à l’étude !