Et ailleurs?

Prague

La Tchéquie, j’y suis allé, la ville est magnifique, imposante de par ses nombreux bâtiments massifs et d’une propreté presque clinique.

Une multitude de choses à voir dans ce pays pétri de culture ou la musique est partout avec ses dizaines de concerts à travers la ville sans oublier les églises ou les organistes font chanter leurs orgues à vous mettre le frisson par la puissance que cet instrument dégage.

Avant de parler moto,  j’ai été totalement estomaqué par la quantité de voitures dites de luxe bodybuildées, d’origine Allemande bien sûr, mais non seulement. Masérati, Rolls, Ferrari, et quelques gros V8 et 12 cylindres complètent la panoplie.

Même si j’en suis encore à me demander l’utilité des 4X4 en ville hormis la volonté d’afficher son statut social, je ne puis m’empêcher de constater que l’industrie automobile de porte bien….surtout pour nos voisins Teutons. 

Le beau temps aidant, pas mal de motards étaient de sortie, le boom des ventes de trails se vérifie là aussi, pas mal de roadsters particulièrement bruyants, avec une bonne proportion de Harleys avec un accent Tchèque particulièrement prononcé, mais universellement compréhensibles……!

Très peu de boosters, mais il est vrai que le climat rigoureux régnant dans ces contrées ne favorise pas vraiment l’utilisation du deux roues avec ou sans moteur, largement supplanté par le tram, sa praticité et sa modicité de tarif font le reste; tout à fait dans l’air du temps.

Peu de vélos malgré de nombreux aménagements spécifiques, par contre le parc de LAPI(Lecteur Automatique de Plaque d’Immatriculation), certainement pour pister les stationnements échus, sont assez présents et actifs. Très peu de stationnements dédiés au 2RM, beaucoup utilisent ceux des voitures, comme quoi la cohabitation est possible du moment que chacun prend ses responsabilités, le tout avec une bonne sauce de politesse, vous savez, ce résultat de l’éducation que sont sensés vous enseigner vos parents et qui ouvre toutes les portes du respect des autres……!!!

Une autre contrée

Je reviens d’une autre contrée, un endroit comme seule l’Asie sait nous le montrer: des paysages magnifiques, ou la ténacité des femmes et des hommes à permis de cultiver les montagnes, ces montagnes qui lorsqu’elles sont vierges sont couvertes de jungle.

Parfois on serait tenté de se dire que pour les cultiver la déforestation est passée par là, mais l’oeuvre au final, est tellement magnifique que cela atténue la révolte.

Dans ces pays ou le pouvoir d’achat est bas, et la pauvreté juste derrière, les moyens de locomotion les meilleurs marchés sont, et reste le deux roues, celle que l’on appelle la « mopette », la bonne vieille mopette de 50 à 100 cc pour les plus grosses,

tantôt une mule tant les fardeaux qu’elle porte sont lourds, larges, hauts,

 tantôt un transport familial quand on y voit le père, deux enfants, et la mère qui « lie » le tout, ou quant elle allaite le bébé,

 tantôt véhicule utilitaire, j’y ai vu une mopette faire une livraison de profilés carrés avec un semblant de side pour un poids que je n’ose estimer,

 tantôt un simple moyen de déplacement pour tous les âges, ou l’apprentissage de la conduite commence dès trois ans, debout, calé entre les jambes du père, ou assis sur un siège bébé entre le guidon et la selle; les femmes en jupes assises en amazones et malgré l’obligation du port, les casques sont peu nombreux.

Tout ce monde grouillant se croise, se double, dans un ballet qui nous semble anarchique, mais qui en fait est parfaitement codifié: tout le monde respecte tout le monde, tout le monde klaxonne juste pour indiquer sa position, ou ses intentions de dépassements, pas une fois je n’ai entendu une invective, le tout, dans une fluidité de circulation remarquable, et beaucoup avec le portable à l’oreille, FA-BU-LEUX.

La vitesse est faible, 30-40 km/h mais ne s’arrête jamais, et je me disais que décidément c’était vraiment l’engin roi des villes, et me prenait à imaginer ce que pourrait représenter la même densité de population, mais en voiture: l’enfer.

Comment peut-on ne pas être en colère et révolté par les attitudes anti deux roues de nos politiques, sur quoi se fonde cette démarche stupide?, peut-être que ces gens sont trop intelligents pour comprendre ce qu’est le bon sens?

Nous, ça fait trente ans qu’il nous habite et on est pas prêt de calmer notre colère.

Tout en douceur