Actualités

Tous les articles de l’année 2019 sont regroupés dans la pièce jointe du bas de la page.

Médias

En ce début d’année 2020, période souvent propice pour adopter de nouvelles résolutions, on pourrait se dire que les médias d’état, vous savez, ceux qui répètent bêtement les slogans officiels, aient envie de réellement faire leur métier, et nous parlent de la stricte réalité des faits, du boulot de journaliste quoi.

Outre les « informations », car oui, il paraît que c’est de l’info que de s’étendre sur les galères des usagers des transports en commun, ou de montrer ce qui ne mérite pas forcément de l’être : guetter la larme d’une personne durement éprouvée par un aléa de la vie alors qu’ailleurs dans le monde il ne se passe jamais rien de suffisamment intéressant pour nous.

Ces médias, donc , nous sortent que les accidents de la route sont en hausse (histoire de conforter la répression), mais ce coup-ci on nous explique que les causes en sont l’inattention au volant, loin devant la vitesse et l’alcool…..

Mince alors, ça, personne n’y avait pensé, vous vous rendez compte, il y a un humain derrière un volant, et cet humain, à force de se traîner à 80 sur des routes mal aménagées, et bien il s’endort, ou joue avec son téléphone intelligent (pour ne pas dire smartphone).

Ça change du discours habituel, mais que va t-on trouver maintenant pour justifier la répression, allez, on vous fait écouter un petit mot maintes fois rabâché du copain de Chantal qui confirme bien que la vitesse est l’unique cause de la mortalité.

Et là, on se rend compte, que même si un semblant de bonne résolution, en mettant en avant le nouveau facteur de l’inattention qui pourrait faire indiquer une évolution de la sécurité routière, est immédiatement torpillée par l’argumentaire que l’on entend depuis des années.

Et bien nous, à la FFMC on va continuer d’assumer nos bonnes résolutions de dire et redire qu’une vrai politique de sécurité routière passe avant tout par la formation des conducteurs, une lutte en amont pour la prise en charge de l’alcoolisme, un réaménagement et l’entretient des routes, une cohérence sur les vitesses recommandées-imposées, comme d’autres pays savent très bien le faire, mais ça, mes bonnes gens ça rapporte moins que les radars.

Alors ça va continuer sur 2020, et on verra en 2021 pour d’autres bonnes résolutions……..

 En attendant, bonne année à toutes et tous les motards(des) de France, bonnes balades viroleuses et méfiez vous…… des cons.

Faire de la moto rend heureux. La science l’affirme !

Si vous demandez à un motard pourquoi il est motard, vous aurez sans doute droit à un laïus à base de « sentiment de liberté » et « d’adrénaline ». Parce que faire de la moto, c’est cool. Ce que nous savions déjà d’expérience vient d’être confirmé par des scientifiques américains qui ont quantifié le pourcentage de bien-être imputable à la pratique de la moto.

L’institut Semel des neurosciences et du comportement humain de l’Ucla vient de scruter le cerveau de motards pour savoir ce qu’il sécrète de plus (ou de moins) que celui d’un automobiliste lambda.

Le modus operandi de l’expérimentation était assez simple. Les universitaires ont mesuré l’activité cérébrale et cardiaque ainsi que le niveau d’hormones de 50 motards avant, pendant, et après une balade de 35 km au guidon de leur propre machine dans des conditions normales de circulation (c’est à dire pas sur le périphérique en inter-files, aux heures de pointe, un jour de grève et d’orage). La même procédure a été appliquée à des automobilistes ainsi qu’à un troisième groupe d’individus composé d’adeptes de la sieste.

Première leçon de cet électroencéphalogramme placé sous le casque : les motards ont une attention accrue et une meilleure résistance à la distraction dès lors qu’ils montent en selle. C’est déjà ce qu’indiquait la Fondation Mutuelle des motards dont le travail sur les motards de plus de 40 ans avait montré que nous avions quelque chose du supercalculateur dans l’analyse de notre environnement.

L’étude de l’Ucla (commandée par Harley-Davidsonsite en anglais) a aussi montré que 20 minutes de moto produisaient aussi une augmentation de l’adrénaline (+27%) et de la fréquence cardiaque (+11%) comme le ferait une légère séance d’exercices. Les biomarqueurs hormonaux du stress chutent pour leur part de 28%. Bref, vous avez entièrement raison de faire de la moto. Continuez !

Guillaume Dayan