Actualités

Tous les articles de l’année 2020 sont regroupés dans la pièce jointe du bas de la page.

Contrôle technique moto (Suite)
Comme vous le savez déjà si vous suivez l’actualité, la FFMC se bat presque au quotidien pour empêcher la nuisance d’un CT inutile et contraignant. À ce stade, la seule certitude que nous ayons est qu’il n’y aura pas de mise en place d’un CT au 1er janvier 2022 comme prescrit par la directive européenne. En revanche, il s’avère plus compliqué de rejeter « tout court » le principe d’un CT moto, et ce pour la France comme pour Finlande, Pays-Bas et Irlande qui ont pourtant dès 2017 annoncé leur volonté de ne pas le mettre en œuvre. L’EU considère que les mesures de sécurité routière ne sont pas orientées vers les usagers de 2RM d’une part, et ne concernent pas l’entièreté de ces usagers d’autre part, comme c’est par exemple le cas chez nous pour la réforme du permis A, qui ne concerne bien entendu que les nouveaux permis ! À ce jour, la FFMC est donc dans une impasse car sa position de refus de tout contrôle technique se heurte au fait que l’EU imposerait des « astreintes » (comprenez forte amende en centaines de millions d’euros) aux pays qui ne mettraient pas en place un CT moto comme exigé par la directive européenne. Nous sommes donc partagés entre deux positions : – une, radicale, de refus, qui aurait pour qualité de rester fidèles à nos convictions, mais aurait le défaut de laisser le contenu du probable CT se décider sans nous. – l’autre possibilité est de constater qu’une mise en place d’un CT moto doit se faire dans les conditions les moins contraignantes possibles et donc participer à des négociations avec les services de l’État. Pas simple de discuter des conditions de quelque chose qu’on refuse depuis une dizaine d’années, mais pas simple non plus de laisser le champ libre aux opérateurs de contrôle technique dont l’intérêt est que ce CT soit le plus rentable possible, au probable détriment des usagers que nous sommes… Vous avez dit cornélien ?

Livraison de repas en 2RM ou vélo?

Deux grosses sociétés se partagent le marché du repas livré à domicile, on a déjà parlé d’elles pour le statut pour le moins bizarre qu’elles exigent de leurs livreurs: auto-entrepreneurs.

Même si le statut exige de travailler pour plusieurs clients, il semble facile, dans notre pays des libertés, d’ « interpréter » la loi à son avantage.

Toujours est-il que sur le principe du service apporté aux clients, l’idée est intéressante puisqu’elle crée de l’emploi; sauf que en pratique, le profit dicte sa loi, et que sur la logique du gain maximum, on grapille sur les dépenses, pas forcément au profit du client.

Les centres-villes étant saturés de circulation, le vélo est la réponse logique, en tant que deux roues de base, pour les déplacements, le stationnement(gratuit), un bel outil de travail, y compris pour les déménagements en vélos cargos.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, sauf que le profit dictant sa loi, les livreurs payés au départ 5€ la course n’en touche plus que la moitié, faux motif de concurrence oblige.

Une seule solution pour maintenir un revenu décent adopter un mode de déplacement plus rapide……donc à moteur: le scooter.

Le « rendement » des livraisons explose, malgré le surcoût du carburant, les revenus redeviennent décents, mais on ne se trouve plus dans l’esprit initial du déplacement écologique plébiscité par tous.

Conscients de cette mutation du déplacement urbain, certaines agglomérations créer des zones dites blanches interdisant ainsi les véhicules à moteurs thermiques, retour à la case départ pour les livreurs.

Même si la lutte continue pour eux, il a été démontré une fois de plus, comme si ce n’était pas encore dans les moeurs, que le 2RM est le roi du déplacement urbain: rapide(=pollution limitée), connectant les banlieues aux centres-villes, réelle alternative aux transport en commun bondés, et à la lanterne rouge que sont les voitures.

Tant que des intégristes de l’écologie qui n’ont pas encore compris que fédérer le public avait plus de poids que d’entretenir leur poignée de bobos, ne réfléchirons pas de manière sensée avec du simple bon sens, sur un déplacement urbain raisonnable, raisonnable ne veut pas dire 100% vert, on ne construira jamais rien de durable, alors que le temps presse.

Très probablement que les consommateurs, de plus en plus exigeants sur les prix plutôt que sur l’aspect environnemental ne seront pas prêts à payer un peu plus cher une livraison de repas, ont une grosse part de responsabilité.

Beaucoup s’engagent dans l’exigence du produit Français, ne reste plus qu’à exiger des salaires corrects pour cette profession. 


La fin d’une époque

Dijon tire définitivement un trait sur ce passé motocycliste représenté par l’illustre et mythique marque Terrot. 

Derrière cette marque de légende dont la production a cessé dans les années 60, il y a les engins, les motos Terrot, entrées dans la légende avec encore de nombreux adeptes.

« c’était quand même une qualité de fabrication, une fiabilité, elles ont été loin, elles ont fait le front de Russie pendant la Guerre. L’armée a roulé dessus, la gendarmerie aussi ».

En lieu et place de l’usine, fermée en 2012, sur ce chantier racheté par le groupe Vinci, grand comme quatre terrains de foot doit être construit, un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de 165 places, une résidence pour jeunes actifs de 130 places, des commerces ou encore des bureaux.

La façade, non classée, d’architecture Art déco à tout de même été conservée en hommage à ce que représentait ce fleuron de l’industrie Française, dont l’apogée se situe dans les années 1920-1930.


Les Open Mutuelle des Motards : pédagogie, passion et sensations au guidon !

 le 23/02/2021

  • Open Mutuelle
pastedGraphic.png

Repousser ses limites, prendre du plaisir à explorer de nouvelles sensations au guidon, tels sont les fondamentaux des Open Mutuelle des Motards. Ces journées de roulage sur circuit sont accessibles à toutes et tous, y compris aux novices, et quelle que soit la machine possédée. Oubliez le chrono, se défouler sur une piste, c’est d’abord se donner tous les moyens d’adopter une conduite apaisée et de mieux maîtriser sa moto sur route. Le tout, passion oblige, à un tarif très abordable !

C’est à l’occasion de son 25e anniversaire, au Bol d’Or 2008, que la Mutuelle des Motards a annoncé la création des Open, en partenariat avec le GMT94 et son Team Manager, Christophe Guyot. L’objectif de ces journées est de permettre au plus grand nombre de rouler sur circuit, et notamment aux débutants(es) qui n’ont jamais osé franchir le pas. Si la Mutuelle consacre une partie de son budget « prévention sécurité » aux Open, c’est qu’ils représentent une opportunité unique d’apprendre à mieux maîtriser sa machine et à affûter ses réflexes en toute sécurité. Et puisqu’en la matière toute discrimination serait déplacée, les Open de la Mutuelle des Motards sont ouverts à tous les motards, et pas seulement à ses sociétaires. Depuis leur création, ils ont accueilli près de 10 000 participants, dont 60 % n’avaient jamais posé leurs roues sur un circuit.

Un staff au top niveau !